Commission nationale des droits de l’homme : RMH n’est pas le principal responsable de l’affaire de mutilation à Mimika

Commission nationale des droits de l'homme
Commissaire de la Commission nationale des droits de l'homme Beka Ulung Hapsara. - Documentation par les Relations publiques de la Commission nationale des droits de l'homme

Jayapura, Jubi – La Commission nationale des droits de l’homme a annoncé les résultats de son contrôle et de son enquête préliminaires sur le meurtre et la mutilation de quatre résidents de Nduga dans la régence de Mimika. La Commission nationale des droits de l’homme a conclu que Roy ou RMH, qui est toujours recherché par la police, n’était pas le principal auteur des meurtres et des mutilations.

C’est ce qu’a dit le commissaire de la Commission nationale des droits de l’homme, Choirul Anam, dans une conférence de presse à Jakarta, mardi (20/9/2022). Choirul a ajouté que cette conclusion se fondait sur les résultats du contrôle et de l’enquête préliminaires menées par la Commission nationale des droits de l’homme du 2 au 4 septembre 2022 et du 12 au 16 septembre 2022.

« RMH n’est pas le principal responsable. Divers témoignages sur Roy ou RMH semblent vouloir faire de lui le principal responsable. En fait, il n’est pas le principal responsable, il fait seulement partie des agresseurs », a affirmé Choirul.

Le meurtre et la mutilation de quatre civils de la régence de Nduga ont eu lieu dans l’unité de peuplement (Satuan Pemukiman/SP) 1, district de Mimika Baru, régence de Mimika, le 22 août 2022. Les quatre victimes sont Arnold Lokbere, Lemaniol Nirigi, Irian Nirigi et Atis Tini.

La police militaire du Commandement de la région militaire XVII/Cenderawasih a désigné six soldats de la brigade d’infanterie Raider/20 Ima Jaya Keramo en tant que suspects dans cette affaire, à savoir le major avec les initiales HF, le capitaine avec les initiales DK, le soldat en chef avec les initiales PR, et les soldats avec les initiales RAS, PC et R. Parallèlement, les enquêteurs de la police provinciale de Papouasie ont désigné quatre civils en tant que suspects dans la même affaire, à savoir APL ou Jeck, DU, R et RMH, qui sont toujours en fuite.

Les enquêteurs de la police et de la police militaire ont ensuite procédé à une reconstitution du meurtre et de la mutilation le 3 septembre 2022. Six soldats des Forces armées indonésiennes (Tentara Nasional Indonesia/TNI) et trois civils qui avaient été arrêtés ont participé à la reconstruction. Lors de la reconstitution, ils ont joué 50 scènes. La reconstitution, à laquelle RMH n’a pas participé, a été remise en question par beaucoup puisqu’elle tendait à souligner le rôle de RMH en tant que principal auteur de l’affaire de meurtre et de mutilation.

Les conclusions de la Commission nationale des droits de l’homme montrent également une tendance à souligner le rôle de la RMH dans le crime. La Commission nationale des droits de l’homme a conclu que RMH n’était pas le principal auteur du meurtre et de la mutilation et a espéré que la police arrêterait immédiatement RMH afin de clarifier le rôle de chaque agresseur dans cette affaire. « RMH n’est pas le principal responsable. Il n’est qu’un des agresseurs. La chose la plus importante est que la police l’arrête immédiatement », a déclaré Choirul.

Le commissaire de la Commission nationale des droits de l’homme, Beka Ulung Hapsara, a indiqué que les résultats du contrôle et de l’enquête menées ont également permis d’obtenir des preuves de communication et d’aptitude à planifier le meurtre. « Nous obtenons des preuves de la communication et de la pertinence de la planification. Il y a des preuves obtenues à partir d’un téléphone portable et il y a des allégations de planification de meurtre. L’un des auteurs connaissait bien au moins l’une des victimes », a expliqué Beka.

Beka a également souligné que les familles des quatre victimes ont rejeté les accusations selon lesquelles les victimes étaient des sympathisants ou des membres du groupe armé de l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale. « Les familles ont confirmé que les quatre victimes n’étaient pas des sympathisants ou des membres de groupes armés », a-t-il assuré. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.