Cinq personnes arrêtées pour avoir manifesté librement contre l’accord de New York

Cinq personnes arrêtées
Le directeur de LBH Papouasie, Emanuel Gobay (à l'extrême gauche), accompagne cinq participants à un discours libre protestant contre l'accord de New York, qui sont interrogés par la police au commissariat de la ville de Jayapura, lundi (15/8/2022). - Documenté par LBH Papouasie

Jayapura, Jubi – Cinq activistes de Kunume Numbay qui avaient organisé un discours libre à Jayapura pour protester contre la signature de l’accord de New York de 1962 ont été arrêtés par la police lundi (15/8/2022). Jusqu’à ce que cette nouvelle soit diffusée, les cinq personnes étaient toujours interrogées par la police au commissariat de la ville de Jayapura.

Le directeur de l’Institut d’aide juridique (Lembaga Bantuan Hukum/LBH) de Papouasie, Emanuel Gobay, a indiqué que les cinq personnes arrêtées par la police avaient tenu un discours libre sur Jalan Lembah Bahari, Dok V Atas, Jayapura. Ces cinq personnes sont Jimmy Boroway, vice-président de Kunume Numbay, Regina Wenda, secrétaire de Kunume Numbay, Brus Sangkek, Roy Haluk et Mina Tabuni.

Kunume Numbay prévoit d’organiser un discours libre à cet endroit vers 10 heures pour protester contre la signature de l’accord de New York de 1962. L’accord de New York est un accord visant à transférer le pouvoir sur la Papouasie des Pays-Bas à l’Indonésie. L’accord, signé le 15 août 1962, a été conclu sans impliquer les Papous indigènes.

Gobay a précisé que lorsque les 14 activistes de Kunume Numbay sont arrivés sur le site de libre expression à 10 heures du matin, la police y était déjà présente. Vers 10 h 25, la police a dispersé le discours libre et arrêté cinq activistes de Kunume Numbay.

« La masse s’est rassemblée et a joué des chansons Mambesak. Lorsqu’ils étaient sur le point d’ouvrir les pamphlets pour les exposer, ceux-ci ont été immédiatement saisis par la police. Ensuite, la police a arrêté cinq personnes et les a emmenées au commissariat de la ville de Jayapura », a raconté Gobay à Jubi via le service de messagerie WhatsApp, lundi.

Jusqu’à ce que cette nouvelle soit diffusée, les cinq personnes étaient toujours interrogées par la police. « Nous espérons que le chef de la police de Jayapura et son équipe pourront libérer les cinq personnes qui ont organisé ce discours libre », a espéré Gobay.

Gobay a remis en question la décision de la police de disperser le discours libre, car la liberté de parole est une forme d’expression garantie par la Loi n° 9 de 1998 sur la liberté d’expression en public. De plus, selon Gobay, l’activité de libre expression n’a eu aucun impact sur la congestion du trafic. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.