Les résidus miniers de PTFI suspectés de causer l’envasement au village de Manasari

PTFI
Illustration de la terre formée par les dépôts de résidus miniers dans les eaux de Timika

Jayapura, Jubi – Le président du groupe spécial de la Chambre des représentants (Dewan Perwakilan Rakyat/DPR) de Papouasie, John N.R. Gobai, a dit qu’on soupçonne qu’il y a eu récemment un envasement de la rivière autour du village de Manasari, dans le district de Mimika Timur Jauh, dans la régence de Mimika, en Papouasie.

Selon lui, l’envasement aurait été causé par les résidus miniers de PT Freeport Indonesia (PTFI). L’allégation est basée sur le témoignage des habitants lors de la récente visite de John Gobai à Pomako, dans la régence de Mimika.

Lorsque Gobai s’est entretenu avec certains des conducteurs de motos marines sur place, ils ont fait part de leurs difficultés à emmener des passagers dans la zone de Manasari, le village de Fanamo, dans le district de Mimika Timur Jauh, en passant par la rivière vers le district d’Agimuga.

« Selon eux, il y a de l’envasement dans la rivière Kamora et d’autres rivières autour du district de Mimika Timur Jauh, de Manasari à l’embouchure de la rivière Agimuga », a raconté John Gobai à Jubi, jeudi (18/8/2022).

Gobai a indiqué qu’il y avait une différence entre la situation passée et actuelle due à l’envasement présumé. Actuellement, on soupçonne que l’envasement s’est produit car il y a beaucoup de sédiments dans les rivières.

« L’envasement entrave la voie de transport par la rivière, qui est toujours utilisée par les habitants de Mimika Timur Jauh et par ceux qui se rendent dans le district d’Agimuga. D’après les informations des habitants, on soupçonne que les sédiments proviennent de l’élimination des résidus miniers de PT Freeport Indonesia », a-t-il expliqué.

Il a été demandé au Bureau des forêts et de l’environnement de la province de Papouasie de former une équipe indépendante pour enquêter sur la question, car le canal fluvial susceptible de s’ensabler constitue l’accès de transport à la régence d’Asmat.

L’accès au transport dans la région de Mimika se fait principalement par voie fluviale et maritime en raison du grand nombre de rivières dans la régence de Mimika.

« C’est la même chose à la régence d’Asmat. Cette situation va grandement perturber la vie des populations de Mimika et d’Asmat qui sont inséparables des rivières, du sagou et des canoës », a-t-il commenté. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.