Le TPNPB avertit le gouvernement de la régence de Nduga de ne pas pénétrer et construire Alguru

TPNPB
Les troupes de l'Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale (TPNPB), sous la direction d'Egianus Kogoya - Documenté par Jubi

Jayapura, Jubi – Le groupe armé de l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale (Tentara Pembebasan Nasional Papua Barat/TPNPB) a averti le régent par intérim de Nduga, Namia Gwijangge, et le commandant du Commandement de la région militaire (Komando Resor Militer/Korem) 172/Praja Wira Yakthi, le général de brigade Juinta Omboh Sembiring, de ne pas pénétrer dans le village d’Alguru, situé dans le district de Krepkuri, dans la régence de Nduga, ni de le construire. C’est ce qu’a déclaré le chef du Commandement de la zone de défense III Derakma Ndugama de TPNPB, Egianus Kogoya, dans une déclaration écrite à la presse, mardi (16/8/2022).

« Le 13 août 2022, le Commandement de la zone de défense (Komando Daerah Pertahanan/Kodap) III Derakma Ndugama a émis un avertissement sur le plan du régent intérimaire de Nduga, Namia Gwijangge et le commandant de Korem 172/Praja Wira Yakthi, J.O. Sembiring, qui voulaient entrer dans la zone d’Alguru pour y effectuer des constructions », indique un communiqué de presse écrit par Egianus Kogoya.

Kogoya a ajouté que l’avertissement avait été lancé en réponse à la déclaration de Gwijangge et Sembiring, le 11 août 2022, selon laquelle le gouvernement de la régence de Nduga était prêt à traverser la rivière Kenyam et à construire le village d’Alguru. Egianus Kogoya a déclaré qu’Alguru était la base de défense de ses troupes.

« En tant que résidents du village d’Alguru, nous rejetons le programme du gouvernement. Les dirigeants militaires de TPNPB de l’Organisation pour une Papouasie libre (Organisasi Papua Merdeka/OPM) estiment qu’ils vont se battre contre les militaires, les constructeurs et toutes les parties concernées. Le village d’Alguru est notre seule base. La guerre par le TPNPB de l’OPM commence à Alguru. Ouvrir par la force le village d’Alguru en tant que village d’immigrants signifie que l’on cherche de nouveaux problèmes, et que l’on crée délibérément des programmes dans les zones vulnérables afin que l’allocation de fonds du gouvernement central augmente », a affirmé Kogoya.

Kogoya a insisté que lui et ses troupes défendraient Alguru et attaqueraient toute personne qui forcerait l’entrée du village. « Quiconque conçoit et veut s’emparer du quartier général de Kodap III, réfléchissez bien avant que vos hommes ne reviennent d’Alguru raides et sans vie », a poursuivi Kogoya.

Kogoya a révélé que le village d’Alguru n’est pas un village ordinaire et qu’il a longtemps été une destination de passage pour les dirigeants de TPNPB, notamment Kelly Kwalik, Yudas Kogoya, Elmin Silas Kogoya et Daud Yiginap Lokbere. « Nos dirigeants ont hérité de la superficie allant de Momugu à l’entrée du lac Habema, ils ont déclaré que cette zone ne devait pas être pénétrée par des étrangers au nom de la République d’Indonésie. S’il vous plaît, que le gouvernement construise l’autre rive du rivière Kenyam », a-t-il raconté.

Kogoya a également critiqué les forces de sécurité qui ont forcé les habitants de Kenyam à faire une déclaration d’amour à l’Indonésie, enregistrée le 12 août 2022. « Les gens ont été forcés de jurer d’aimer Merah Putih, puis ils (les forces de sécurité) ont également pris des photos et enregistré des vidéos. Cela se serait produit à Kenyam, la capitale de la régence de Nduga », a-t-il précisé.

Kogoya a fait savoir que les troupes TNI/Polri avaient pris le contrôle de l’aéroport de Kenyam, de l’hôpital, du bureau de la Banque de Papouasie et de tous les kiosques et magasins de Kenyam. Il a mentionné que de nombreux civils avaient fui Kenyam par crainte d’être interrogés par les forces de sécurité.

« Nous demandons fermement au gouvernement d’arrêter tous les programmes de développement qui tuent les Papous indigènes », a-t-il demandé. Kogoya a également souligné que son parti rejette la construction de réseaux de télécommunications à Nduga.

Mardi (16/8/2022), le chef de la police provinciale de Papouasie, l’inspecteur général Mathius D. Fakhiri, a annoncé que, d’une manière générale, la situation sécuritaire en Papouasie était favorable. Fakhiri a déclaré que le groupe armé dirigé par Egianus Kogoya dans la régence de Nduga avait effectivement quitté Kenyam, la capitale de la régence de Nduga, et s’était retiré dans le village d’Alguru.

« Jusqu’à présent, la situation de certaines régions était plus favorable, sauf dans la régence de Nduga, bien qu’il soit certain que le groupe TPNPB s’est retiré vers Alguru. Espérons que Nduga puisse rester favorable », a assuré Fakhiri, mardi à Jayapura. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.