Le secrétaire régional de la régence de Jayapura affirme que les connaissances traditionnelles doivent être ravivées

régence de Jayapura
Photo de groupe des quatre speakers avec le modérateur après l'événement de dialogue à la régence de Jayapura. - Jubi/Engel Wally

Sentani, Jubi – Le 9 août est célébré comme la Journée internationale des populations autochtones (Hari Internasional Masyarakat Adat Sedunia/HIMAS). En commémoration de l’HIMAS dans la régence de Jayapura, un court événement de dialogue a été organisé par le groupe de travail des peuples autochtones, le gouvernement de la régence de Jayapura et le comité du VIe Congrès des peuples autochtones (Kongres Masyarakat Adat Nusantara/KMAN) au secrétariat du KMAN VI au stade Bas Youwe Sentani, mardi (9/8/2022).

Les speakers au dialogue étaient Hana Hikoyabi, secrétaire régionale de la régence de Jayapura, Miryam Soumulena, chef du bureau de l’autonomisation des femmes, des mères et des enfants de la régence de Jayapura, Delila Giyai, secrétaire du bureau de l’autonomisation communautaire et des services intégrés à un seul endroit de la régence de Jayapura, Renaldy Tokoro, l’un de jeunes de la population autochtone de Tabi, et Edi Ohoiwutun, modérateur. Le thème de cette commémoration de l’HIMAS est « Le rôle des femmes dans la préservation et la transmission des connaissances traditionnelles ».

Le secrétaire régional de la régence de Jayapura, Hana Hikoyabi, a dit que les connaissances traditionnelles du passé devaient être ravivées. Cela est lié à l’influence de la mondialisation, qui continue à se développer rapidement, ce qui a pour conséquence que de nombreux rôles et fonctions dans l’ordre de la vie humaine, basés sur la sagesse locale, commencent à décliner et à diminuer, voire à disparaître.

« Les habitudes de vie et les connaissances traditionnelles ne sont plus favorisées et oubliées, comme les connaissances sur la fabrication d’ustensiles pour manger et boire à partir de matériaux locaux, le jardinage, la pêche et l’utilisation de la langue maternelle », a-t-elle ajouté.

Le gouvernement local, a affirmé Hikoyabi, offre depuis neuf ans un espace aux populations autochtones pour qu’elles puissent travailler et faire leurs choix de vie naturellement, sans aucune tendance ni interférence d’aucune partie.

« Il y a déjà une école traditionnelle et de nombreuses communautés et groupes traditionnels se sont formés. Cela montre que les communautés autochtones de cette région se développent bien. C’est juste que les manières, les règles et les connaissances du passé doivent être préservées et utilisées dans la vie quotidienne », a-t-il expliqué.

Le coordinateur du dialogue, Edi Ohoiwutun, a indiqué que le thème actuel du dialogue est un thème national et qu’il est donc nécessaire de présenter quelques grandes figures féminines dans cette région.

« L’essence de la vie des peuples indigènes est que les femmes sont une partie importante du processus de succession. Ce sont également les femmes qui produisent les nouvelles générations de jeunes. La qualité d’un enfant ou d’une jeune génération est déterminée dès les 1 000 premiers jours de la naissance et le rôle des femmes est indispensable à ce moment-là », a-t-il rappelé.

C’est pourquoi, a dit Ohoiwutun, dans le cadre de ce moment de célébration, ces trois grandes femmes ont été présentées pour donner leurs messages et leurs impressions. En outre, dans un avenir proche, les femmes de la vallée de Grimenawa organiseront un festival de Swamening (spécialité alimentaire de Genyem).

« Ensuite, à Sentani, il y aura le festival du lac Sentani. Ces événements illustrent l’inquiétude de la communauté face à l’extinction de la sagesse locale qui existe depuis leurs ancêtres », a-t-il constaté. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.