Le porte-parole de Petisi Rakyat Papua est interrogé sur des violations présumées de la Loi de l’ITE

Petisi Rakyat Papua
Le chef de la police de Jayapura, Gustav Urbinas, lors d'une conférence sur l'arrestation du porte-parole de Petisi Rakyat Papua, Jefri Wenda, à Jayapura, mardi (10/5/2022) - Jubi/Alexander Loen

Jayapura, Jubi – Le porte-parole de Petisi Rakyat Papua (Pétition du peuple papou), Jefri Wenda, a été interrogé par la police concernant des violations présumées de la Loi n° 19 de 2016 concernant les amendements à la Loi n° 11 de 2008 concernant l’information et les transactions électroniques (UU ITE). L’allégation est liée à l’appel à des manifestations pour rejeter l’autonomie spéciale de la Papouasie et l’expansion de la Papouasie qui ont eu lieu dans un certain nombre de villes, mardi (10/5/2022).

Jefri Wenda et sept autres personnes (Ones Suhuniap, porte-parole du Comité national de Papouasie occidentale ; Omikson Balingga ; Nely Itlay ; Maxi Mangga ; Abidow et Iman Kogoya) ont été arrêtés par la police à Jayapura ce mardi et interrogés par la police au Commissariat de la ville de Jayapura dans le cadre d’une violation présumée de UU ITE

Urbinas a indiqué que Jefri Wenda et ses camarades faisaient l’objet d’une enquête parce que la police avait trouvé un certain nombre d’appels à manifester de Petisi Rakyat Papua, largement diffusés sur les médias sociaux. Urbinas n’a pas expliqué le statut de Jefri Wenda dans l’enquête, mais a précisé que les six autres personnes étaient interrogées en tant que témoins.

« Nous avons interrogé six personnes en tant que témoins et nous continuons à offrir une possibilité d’assistance juridique aux sept personnes », a dit Urbinas à Jayapura, mardi.

Urbinas a constaté que ces derniers temps, il y a eu beaucoup d’appels provocateurs et inquiétants qui ont tendance à perturber la situation sécuritaire à Jayapura.

Il a déclaré que Jefri Wenda se déplaçait fréquemment et que, mardi, il n’a pas assisté à la manifestation contre l’autonomie spéciale de la Papouasie et la division de la Papouasie à l’appel de Petisi Rakyat Papua, alors qu’en tant que porte-parole de Petisi Rakyat Papua, il avait appelé les gens à manifester contre ces deux propositions.

« JW a clairement agi en tant que responsable car dans le tract appelant aux manifestations, il y a sa signature. Son nom est également mentionné dans l’enregistrement audio et figure sur le tract appelant à manifester », a-t-il détaillé.

Le chef de la Section des enquêtes criminelles de la police de Jayapura, Handry Bawilling, a affirmé que la police enquêtait toujours sur Jefri Wenda et six autres personnes qui ont été arrêtées mardi à Perumnas 4, Waena, Jayapura. Il a confirmé que l’une des personnes interrogées était le porte-parole du Comité national de Papouasie occidentale (KNPB), Ones Suhuniap. « Seules les choses mentionnées précédemment sont connues. Nous poursuivons nos investigations », a affirmé Handry.

Les manifestations contre l’autonomie spéciale de la Papouasie et l’expansion de la Papouasie ont eu lieu dans un certain nombre de villes, mardi. La manifestation, à l’appel de la Petisi Rakyat Papua, voulait un référendum comme solution démocratique au problème papou.

À Jayapura, la manifestation a été dispersée par la police avant que les manifestants ne puissent transmettre leurs aspirations au DPR de Papouasie. À Manokwari, la capitale de la province de Papouasie occidentale, les manifestants ont également été interceptés par la police, ce qui les a empêchés de se rendres au bureau de DPR de Papouasie occidentale. Cependant, la manifestation de Manokwari s’est déroulée pacifiquement et les participants se sont dispersés après avoir manifesté pendant six heures. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.