Le DPR de Papouasie est appelé à réaliser immédiatement sa promesse de former une commission spéciale sur la grève des travailleurs de PT Freeport

Freeport
Chambre des représentants de Papouasie (DPR Papua), Jayapura - Jubi/Theo Kelen

Jayapura, Jubi – Le directeur de l’Institut d’aide juridique (Lembaga Bantuan Hukum/LBH) de Papouasie, Emanuel Gobay, a appelé le Chambre des représentants de Papouasie (DPR Papua) à réaliser immédiatement sa promesse de former un comité spécial pour résoudre la grève des travailleurs de PT Freeport.

Selon Gobay, la formation d’une commission spéciale a été promise par le président du DPR Papua, Jhony Banua, depuis 2020. Le comité spécial peut faciliter le dialogue entre la direction de PT Freeport et les travailleurs en grève afin que les deux parties puissent négocier et résoudre le problème.

« Nous demandons fermement au président de DPR Papua de mettre en place la commission spéciale qui a été promise pour résoudre le problème des travailleurs en grève de PT Freeport », a-t-il demandé.

On espère que le comité spécial qui sert de médiateur pourra résoudre le problème. Cela permettra de sauver les droits de l’homme des dizaines de milliers de familles de travailleurs qui sont en grève.

« Alors qu’ils (les travailleurs) ont été en grève de 2017 à 2022, leurs salaires et leur assurance maladie n’ont pas été payés depuis le 1er juillet 2017 et cela a eu un impact sur la vie des familles des travailleurs et sur la réalisation des droits à la santé des travailleurs malades », a-t-il indiqué.

En fait, Gobay a rappelé qu’en 2018, le bureau de la main-d’œuvre de la province de Papouasie avait déclaré légale la grève de 8 300 travailleurs. Cependant, depuis 2017, la direction de PT Freeport n’a jamais donné de réponse ferme.

« Le gouverneur de Papouasie, Lukas Enembe, a également publié une lettre confirmant que la grève était légale et a ordonné à PT Freeport d’employer les travailleurs », a précisé Gobay à Jubi par message WhatsApp, lundi (8/8/2022).

Gobay a expliqué que PT Freeport a licencié des dizaines de milliers de travailleurs pour des raisons qui étaient juridiquement incompatibles avec les faits vécus par les travailleurs en grève. La direction de PT Freeport a utilisé l’alibi selon lequel les travailleurs ont été licenciés parce qu’ils étaient absents du travail.

Selon Gobay, la raison de l’absentéisme a été délibérément fabriquée par PT Freeport. Cela montre que l’entreprise ne veut pas reconnaître que la grève des 8 300 travailleurs est légitime. L’excuse montre aussi clairement que PT Freeport n’applique pas la Loi n° 13/2003 sur le travail, qui garantit le droit de grève. Freeport ne respecte pas non plus les droits des travailleurs en grève.

« Les grèves et leur résolution sont en fait très faciles et auraient dû être résolues depuis longtemps, notamment en permettant aux grévistes de négocier avec l’entreprise. C’est en fait très simple, mais PT Freeport, de 2017 à 2022, ne veut pas négocier », a-t-il affirmé.

Gobay a ajouté que PT Freeport a rouvert le recrutement. C’est comme si l’entreprise couvrait le cas de la grève menée par 8 300 travailleurs. Selon Gobay, le recrutement de nouveaux employés montre au public que PT Freeport veut dissimuler les problèmes qui se produisent dans l’entreprise.

« L’entreprise n’a aucune volonté de protéger les travailleurs ou leurs familles », a-t-il déclaré.

Gobay a jugé que si le DPR Papua ne pouvait pas résoudre le problème, le président de la République d’Indonésie, Joko Widodo (Jokowi), pourrait au moins ordonner au ministre du travail de faciliter les négociations entre PT Freeport et les travailleurs en grève.

« Nous demandons fermement au président Jokowi, qui a reçu des lettres de recommandation de la Commission nationale des droits de l’homme en 2017 et 2018, de donner suite à ces recommandations en ordonnant au ministre du travail de résoudre cette question », a-t-il insisté. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.