JDP : 77 ans après l’indépendance de l’Indonésie, le conflit en Papouasie ne s’est pas apaisé

JDP
Manokwari et porte-parole du Réseau pour la paix en Papouasie, Yan Cristian Warinussy - Documentation personnelle de Yan Warinussy

Jayapura, Jubi – Jusqu’à la célébration du 77e anniversaire de l’indépendance de l’Indonésie, le Réseau pour la paix en Papouasie (Jaringan Damai Papua/JDP) estime que le gouvernement indonésien n’a pas été en mesure de résoudre le conflit de violence armée qui se poursuit en Papouasie. Le JDP demande instamment au gouvernement indonésien de faire une pause humanitaire comme préalable à la tenue d’un dialogue de paix avec les Papous.

Le JDP met en lumière les conflits armés et la violence qui continuent de sévir dans diverses régions de Papouasie, notamment dans les régences de Nduga, Intan Jaya, Dogiyai, Deiyai, Paniai, Yahukimo, Tolikara, Puncak et Pegunungan Bintang. Le porte-parole du JDP, Yan Cristian Warinussy, a dit que le JDP a noté qu’une série de conflits armés entre le TPNPB/OPM et le TNI/POLRI avait fait des civils des cibles ou des victimes en vain.

« Les civils en question comprennent des Papous indigènes dans les zones de conflit ainsi que des travailleurs médicaux, des enseignants, des ouvriers de la construction de routes ou de tours de télécommunications, ainsi que des commerçants et des chauffeurs de mototaxi. Il y a également des victimes parmi les parties (au conflit), à la fois des Forces armées indonésiennes (Tentara Nasional Indonesia/TNI), de la Police nationale (Kepolisan Republik Indonesia/Polri) et de l’Armée de libération nationale de Papouasie Occidentale de l’Organisation pour une Papouasie libre (TPNPB OPM) », a indiqué Warinussy à Jubi via le service de messagerie WhatsApp, dimanche (14/8/2022).

Warinussy a critiqué le fait que la violence ne soit pas traitée de manière approfondie, de sorte que les motifs des actes ne sont pas connus avec certitude et que les auteurs ne peuvent être tenus légalement responsables. Les parties en conflit ont aussi tendance à s’accuser.

« Ce qui se passe, c’est que l’on lance des déclarations, que l’on joue les victimes et que l’on porte des accusations partielles sur les responsables présumés de l’incident. La même chose s’est produite dans le cas de la fusillade du chef de l’agence de renseignement de l’État en Papouasie il y a quelque temps, ainsi que lors de la mort d’un membre de la Brigade mobile s’appelant Diego Rumaropen dans la régence de Jayawijaya, récemment », a rappelé Warinussy.

Le JDP a noté que le conflit en Papouasie, qui dure depuis environ 50 ans, a été exacerbé par la pratique du commerce illégal d’armes à feu et de munitions. Plusieurs cas de commerce illégal d’armes à feu ont également impliqué des membres de TNI/Polri. Le commerce des armes a amené en Papouasie des centaines d’armes à feu manufacturées et artisanales, qui appartiennent à l’Armée de libération nationale de Papouasie Occidentale (Tentara Pembebasan Nasional Papua Barat/TPNPB). « Il est prouvé qu’il y a eu récemment des victimes parmi les membres de TNI, les membres de Polri et les civils. Ils auraient été tirés à très longue distance », a ajouté Warinussy.

Warinussy a affirmé que le TNI et le Polri avaient commencé une approche plus douce en approchant les responsables de village et les chefs de communauté dans la zone de conflit. Mais récemment, les parties approchées par eux sont devenues les cibles de violences prétendument menées par le TPNPB.

« Il n’est même pas rare que des membres de TNI ou de Polri qui tentent de mener à bien l’approche sociale deviennent également des cibles du TPNPB. De telles situations se sont produites à plusieurs reprises et continuent de se produire en Papouasie », a relevé Warinussy.

En commémoration du 77e jour de l’indépendance de l’Indonésie, le JDP a appelé à une pause humanitaire comme première étape pour entamer un dialogue pacifique entre les parties en conflit. Le JDP cite le président Joko Widodo comme l’un des meilleurs présidents pouvant offrir un cadeau spécial au peuple papou.

« Le président peut immédiatement prendre des mesures importantes pour résoudre et mettre fin au conflit armé en Papouasie, qui est fortement soupçonné de ne profiter qu’à des groupes irresponsables en Papouasie. Les victimes continuent de tomber de jour en jour, y compris du côté des civils », a-t-il déclaré.

Warinussy a souligné que le JDP croit et a toujours cru que la violence ne mettra jamais fin à un conflit, où que ce soit sur terre. Il a exhorté le gouvernement à organiser un dialogue pacifique et durable pour mettre fin au conflit armé en Papouasie. “Le JDP souhaite que le conflit armé en Papouasie prenne fin immédiatement afin d’apporter la paix à tous les papous et indonésiens qui vivent et travaillent sur cette terre”, a-t-il souhaité. (*)

Leave a Reply

Your email address will not be published.