L’Indonésie largue des bombes sur Nduga, Philip : Danger pour moi et les gens qui vivent ici

Nduga
Le pilote de Susi Air, Philip Mark Mehrtens (assis, deuxième à partir de la gauche) pris en otage par la TPNPB

Jayapura, Jubi – Philip Mark Mehrtens, pilote de Susi Air, a demandé au gouvernement indonésien d’arrêter les opérations militaires à Nduga afin de le libérer de la prise d’otage par le groupe armé de l’Armée de libération nationale de Papouasie occidentale (TPNPB) dirigé par Egianus Kogoya.

Selon Philip, le week-end dernier, l’armée indonésienne a largué des bombes sur l’endroit où lui et les habitants de Nduga se trouvaient.

« L’Indonésie a largué des bombes ici (Nduga) le week-end dernier. Ce n’est pas nécessaire car c’est dangereux pour moi et les gens qui vivent ici », a dit Philip dans un enregistrement vidéo réalisé lundi (24/4/2023) et reçu par Jubi jeudi (26/4/2023).

Dans la vidéo d’une minute et 38 secondes, on voit Philip assis, vêtu d’un t-shirt noir et d’un short. Il est entouré de deux hommes soupçonnés d’être des membres de la TPNPB. Il a également expliqué qu’il était en bonne santé.

« Aujourd’hui, lundi 24 avril 2023. Ça fait maintenant presque trois mois que l’Organisation pour une Papouasie libre (OPM) m’a arrêté à Paro. Je suis toujours vivant et en bonne santé. Je mange et je bois bien. Je vis avec les gens d’ici. Je m’assois, je marche et je me repose avec eux. Il n’y a aucun problème avec moi », a affirmé Philip dans la vidéo, s’exprimant en deux langues : l’indonésien et l’anglais.

Parallèlement à la diffusion de la vidéo, Sebby Sambom, porte-parole de la TPNPB de l’OPM, a écrit un communiqué de presse exhortant le président Joko Widodo à cesser immédiatement les opérations militaires à Nduga et demandant à l’Indonésie d’ouvrir un espace de négociation.

« Nous soulignons que la libération du pilote Philip doit se faire par le biais de négociations, et non par des opérations militaires. Par conséquent, le président indonésien Joko Widodo doit immédiatement mettre fin aux opérations militaires à Ndugama. Sinon, la vie du pilote néo-zélandais sera menacée », a souligné Sambom.

Sambom a indiqué que la vidéo contenant le témoignage de Philip était également adressée au gouvernement néo-zélandais et à la famille de Philip.

« Nous dédions cette vidéo au gouvernement néo-zélandais et à la famille du pilote en Nouvelle-Zélande. Cependant, comme l’Indonésie a lancé un bombardement sur Ndugama, nous l’annonçons également au public », a-t-il indiqué.

A ce jour, Philip a été retenu en otage par la TPNPB pendant 79 jours depuis son arrestation le 7 février. La demande de négociations de la TPNPB a été confrontée à une augmentation du statut des opérations militaires visant à libérer Philip.

Mardi (18/4/2023), à Timika, le commandant des Forces armées indonésiennes (TNI), l’amiral Yudo Margono, a fait passer les opérations en Papouasie à une opération d’alerte de combat terrestre contre la TPNPB.

Le commandant des TNI, l’amiral Yudo Margono, annonce le passage de l’opération de libération du pilote de Susi Air en Papouasie à une opération d’alerte au combat lors d’une conférence de presse à la piste d’atterrissage Yohanis Kapiyau, Timika, Papouasie centrale, mardi (18/4/2023). – Jubi/Rabin Yarangga

Yudo a déclaré que le statut de l’opération a été augmenté après que la TPNPB a attaqué les TNI le 15 avril. Cette décision a pour but de réveiller l’instinct de combat des soldats des TNI.

« Dans une situation actuelle, surtout si nous considérons la situation dans certaines zones, nous avons changé le statut des opérations pour des opérations d’alerte au combat. À Natuna, nous avons mené une opération d’alerte au combat maritime, et ici on mène une opération d’alerte au combat terrestre », a déclaré Yudo à la piste d’atterrissage Yohanis Kapiyau, Timika, Papouasie centrale, dans un enregistrement vocal reçu mardi (18/4/2023).

Comme le rapporte CNN Indonesia, Khairul Fahmi, observateur militaire de l’Institut de sécurité et d’études stratégiques (ISSES), a fait savoir que l’alerte au combat en Papouasie ordonnée par le commandant des TNI signifie que toutes les troupes sont prêtes à faire feu.

Selon lui, l’alerte au combat est un effort des TNI pour renforcer la préparation des soldats de Papouasie à affronter la TPNPB, ce qui signifie que les troupes n’ont plus à hésiter à tirer.

« L’alerte au combat signifie que les troupes sont prêtes à combattre. Toutes les armes sont prêtes à tirer s’il y a une menace, par exemple une embûche ou une attaque », a précisé Khairul Fahmi, cité par Antara, jeudi (20/4/2023). (*)

Exit mobile version