L’exposition « Gold & Coal » vise à sensibiliser à la protection de l’environnement en Papouasie

L'exposition
Des visiteurs regardent un court documentaire à 360 degrés en utilisant des lunettes de réalité virtuelle au musée Loka Budaya de l'Universitas Cenderawasih, en Papouasie, les 15 et 16 juillet 2022. - Jubi/Theo Kelen

Jayapura, Jubi – Les visiteurs de l’exposition « Gold & Coal » organisée au musée Loka Budaya de l’Universitas Cenderawasih les 15 et 16 juillet 2022 ont confié que l’exposition les avait sensibilisés et encouragés à s’impliquer plus activement dans la protection de l’environnement en Papouasie. L’exposition présente une collaboration entre l’art et la recherche sur les mines d’or de la régence à Mimika, en Papouasie, et les mines de charbon à Leipzig, en Allemagne.

L’un des visiteurs de l’exposition, Yance Airai, a dit qu’après avoir assisté au spectacle et regardé le documentaire vidéo à 360 degrés en portant des lunettes de réalité virtuelle, il a pris conscience de la nécessité de continuer à protéger la nature en Papouasie. Ce court métrage documentaire permet au public de se rendre compte de l’impact des destructions causées par l’exploitation minière. « En regardant à travers la technologie de la vidéo à 360 degrés, on prend vraiment conscience que les dégradations environnementales existent concrètement autour de nous », a-t-il dit.

Selon Airai, le court métrage documentaire permet également au public de découvrir la vie des communautés autochtones Kamoro et Amungme à Timika, qui sont loin d’être prospères malgré la présence de PT Freeport, et de voir comment des gens en Allemagne ont dû être expulsés de leurs villages à cause de la présence de mines de charbon. « Les communautés Kamoro et Amungme sont déplacées et leur vie n’est pas prospère. C’est la même chose qu’en Allemagne, où l’on dit que nous creusons et enterrons nos propres cadavres », a raconté Airai à Jubi, samedi (16/7/2022).

Pour cette raison, Airai a rappelé que la sensibilisation à la protection de l’environnement en Papouasie peut se faire à partir de petites choses, comme s’impliquer dans la plantation d’arbres, le nettoyage des déchets, ou regarder des documentaires sur l’impact des destructions environnementales. « Même si ce n’est qu’une ou deux personnes, nous devons commencer », a-t-il déclaré.

Un autre visiteur, Frans Junias, a trouvé que cette exposition était très éducative et a sensibilisé les gens, en particulier ceux qui vivent en Papouasie, à la nécessité de commencer à protéger l’environnement ensemble. Le court documentaire présenté a en effet sensibilisé le public à l’impact des dégradations causées par l’exploitation minière sur l’environnement et la société locale.

Frans a indiqué qu’en regardant le documentaire, il avait enfin compris pourquoi les Kamoro, les Amungme et d’autres communautés autochtones papoues rejettent la présence de l’exploitation minière en Papouasie. « Avec la technologie de la vidéo à 360 degrés, je pense qu’il n’y a plus de limites. Le spectateur peut être à la fois objet et sujet, même si nous ne sommes pas à Timika ou si nous n’y sommes jamais allés », a-t-il indiqué.

L’exposition « Gold & Coal » est une présentation artistique collaborative résultant de la recherche d’artistes allemands et indonésiens. Il présente des films documentaires, des chorégraphies, des performances sonores et de la performance, fruit d’une collaboration entre Sarah Israel (dramaturgie), Daniel Kötter (film et vidéo), Elisa Limberg (scénographie), Marcin Lenarczyk (conception sonore), Melanie Albercht (assistante de production) et Yonri Revolt (régisseur général). En outre, trois artistes ont présenté de l’art performance tout au long de l’exposition, à savoir Agustina Helena Kobogau, Anjar Msen et Ikbal Lubys.

Daniel Kötter, qui a présenté les courts métrages documentaires en utilisant la technologie de la vidéo à 360 degrés, a expliqué qu’il présentait six courts métrages documentaires qui étaient un projet de collaboration entre l’art et la recherche sur l’impact de l’extraction de l’or dans la régence de Mimika, en Papouasie, et de l’extraction du charbon à Leipzig, en Allemagne.

Daniel a ajouté qu’en présentant le film documentaire au moyen d’une vidéo à 360 degrés utilisant la technologie de la réalité virtuelle, il souhaitait inviter le public à vivre directement l’expérience du film. « Grâce à ce film doté de la technologie de la réalité virtuelle, le public peut “entrer” dans le film et vivre ce qui y est montré. Il est plus important pour nous que le public vive une expérience plutôt que de recevoir un message, afin qu’il puisse partager ce qui a été vécu pendant la réalisation de ce film », a précisé Daniel à Jubi.

À travers cette exposition, Daniel veut également faire comprendre que l’exploitation minière dans différents pays connaît les mêmes problèmes, comme en Allemagne et en Papouasie. Il a conseillé aux jeunes Papous de commencer à réaliser des films sur des situations qui se produisent quotidiennement autour d’eux. « Commencez à faire des films sur votre propre situation, ce qui vous intéresse ou ce qui est le plus proche de votre vie », a-t-il conseillé.

L’exposition « Gold & Coal » s’est tenue dans trois villes d’Indonésie, à savoir Yogyakarta, Jayapura, et se poursuivra à Samarinda, dans le Kalimantan oriental. (*)

Exit mobile version