Le LPSK est prié de protéger les témoins et les victimes de l’affaire Paniai sanglant

LPSK
Une discussion publique sur « La protection des témoins et des victimes au tribunal des droits de l'homme de l'affaire Paniai » organisée par Komnas HAM à Jakarta, jeudi (18/8/2022). - Jubi/Theo Kelen

Jakarta, Jubi – La coordinatrice de la Commission pour les personnes disparues et victimes de violences (Komisi untuk Orang Hilang dan Tindak Kekerasan/KontraS), Fatia Maulidiyanti, a dit que l’Agence de protection des témoins et des victimes (Lembaga Perlindungan Saksi dan Korban/LPSK) devrait être proactive en fournissant une protection aux familles des victimes et des témoins qui seront présentés dans le procès de l’affaire du Paniai sanglant de 2014 au tribunal des droits de l’homme de Makassar. Le procès aura lieu en août 2022.

C’est ce qu’a dit Fatia en tant que speaker lors de la discussion publique « La protection des témoins et des victimes au tribunal des droits de l’homme de l’affaire Paniai » organisée par la Commission nationale des droits de l’homme (Komisi Nasional Hak Asasi Manusia/Komnas HAM) à Jakarta, jeudi (18/8/2022). Selon Fatia, la protection des témoins et des victimes est très importante pour leur donner un sentiment de confort lorsqu’ils sont présents dans la salle d’audience.

Fatia a indiqué que KontraS craint que les témoins et les victimes qui seront présentés lors du procès de l’affaire Paniai sanglant au tribunal des droits de l’homme de Makassar ne soient intimidés. Cette préoccupation survient après avoir examiné les procédures du tribunal des droits de l’homme dans plusieurs autres cas.

« Par exemple, comme cela s’est produit au tribunal des droits de l’homme de l’affaire Tanjung Priok. Il y avait tellement d’irrégularités dans ce procès. En fait, le juge a également été intimidé, à cause de la position forte des armées à l’époque. Même la salle d’audience n’était pas remplie de civils, mais de membres de l’armée, ce qui a créé un sentiment d’intimidation envers les familles des victimes ou les victimes », a-t-elle rappelé.

Fatia a constaté que le LPSK n’a pas été actif dans la préparation de la protection des témoins et des victimes qui seront présentés dans le procès de l’affaire Paniai sanglant. Selon Fatia, la LPSK devrait demander des informations à la Komnas HAM afin d’assurer la protection des témoins et des victimes et ne pas avoir à attendre d’abord une demande des témoins ou des familles des victimes.

« La crainte est que la salle d’audience devienne une salle d’intimidation, comme cela s’est produit dans le procès d’un certain nombre d’affaires jugées au tribunal des droits de l’homme auparavant. Le LPSK doit être en mesure de garantir que les familles des victimes ou leurs représentants puissent entrer dans la salle d’audience et suivre le procès, en veillant à ce qu’il n’y ait pas d’intimidation de la part de certains groupes qui, en fin de compte, entrave le procès », a expliqué Fatia.

Le vice-président de Komnas HAM, Amiruddin Al Rahab, a déclaré que la protection des témoins et des victimes doit être assurée conformément à l’article 34 de la Loi n° 26/2000 sur les tribunaux des droits de l’homme. La protection peut prendre la forme d’une protection physique et mentale contre les menaces, les perturbations, la terreur et la violence de toute partie. « C’est un ordre donné au LPSK de s’acquitter de son obligation de protéger les témoins et les victimes », a-t-il déclaré.

Amiruddin a signalé que lors des précédents procès devant le tribunal des droits de l’homme, la protection des témoins et des victimes n’avait pas été optimisée. Il espère que le LPSK pourra désormais assurer la protection des témoins et des victimes, afin que leur présence dans la salle d’audience du tribunal des droits de l’homme de Makassar soit confortable.

Le vice-président du LPSK, Maneger Nasution, a informé que le LPSK n’a pas encore assuré la protection des témoins et des victimes qui seront présentés lors du procès de l’affaire du Paniai sanglant au tribunal des droits de l’homme de Makassar, car le LPSK n’a pas reçu de demandes de protection des témoins et des victimes de l’affaire.

« Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune recommandation, demande ou requête de la part des forces de l’ordre ou de Komnas HAM pour que le LPSK assure la protection des témoins ou des victimes. De même, il n’y a eu aucune demande de protection de la part des témoins ou des victimes », a-t-il ajouté.

Maneger a affirmé que le LPSK peut être proactif pour fournir une protection même s’il n’y a pas de demande ou de requête. Ceci est contenu dans l’article 29 paragraphe 2 de la Loi n° 31 de 2014 concernant les amendements à la Loi n° 13 de 2006 concernant la protection des témoins et des victimes qui réglemente l’autorité du LPSK dans certains cas pour fournir une protection sans demande de protection. Toutefois, le processus doit obtenir l’approbation de la direction de la LPSK, qui est régie par le règlement LPSK n° 2 de 2020. « Après cela, des mesures proactives pourront être prises », a-t-il affirmé. (*)

Exit mobile version