La foule tient un sit-in devant le commissariat de Ternate pour demander à la police de libérer 8 manifestants du 1er décembre

1er décembre
Jeudi soir (1/12/2022), des dizaines de militants de Front Rakyat Indonesia untuk West Papua, Aliansi Mahasiswa Papua, et Liga Mahasiswa Indonesia untuk Demokrasi deTernate, Moluques du Nord, ont organisé un sit-in devant le commissariat de Ternate, afin de demander la libération de huit de leurs collègues. - Documentation par Anton Trisn

Jayapura, Jubi – Des dizaines de militants de Front populaire indonésien pour la Papouasie occidentale (Front Rakyat Indonesia untuk West Papua/FRI-WP), de l’Alliance des étudiants papous (Aliansi Mahasiswa Papua/AMP) et de la Ligue des étudiants indonésiens pour la démocratie (Liga Mahasiswa Indonesia untuk Demokrasi/LMID) de Ternate, Moluques du Nord, ont organisé un sit-in devant le commissariat de Ternate jeudi soir (1/12/2022). Ils ont exigé que la police libère huit de leurs collègues qui ont été arrêtés lors d’une manifestation de commémoration du 1er décembre à Ternate, jeudi après-midi.

Le chef du département d’unification du mouvement FRI-WP, Anton Trisno, a dit que jusqu’à jeudi soir, les masses restaient toujours dans la cour de commissariat de Ternate. « Nos camarades ont été arrêtés par la police quand ils tenaient un rassemblement pour commémorer l’indépendance de la nation de Papouasie occidentale, le 1er décembre 1961 », a dit Anton.

Les personnes arrêtées sont Jack (FRI-WP), Hengky (AMP), Dino (AMP), Susan (AMP), Malo (LMID), Kama (LMID), Rino (individu), et Gelombang (individu). Il a déclaré que les manifestants qui se sont rassemblés jeudi n’ont commis aucun acte illégal.

« On a exprimé nos aspirations de manière pacifique. Pendant la manifestation, il est apparu clairement que les chauffeurs de moto-taxi étaient infiltrés par les forces de sécurité pour disperser la manifestation. On pense que c’est un mauvais traitement de nous, étudiants, dans le cadre de la transmission de nos aspirations », a-t-il ajouté.

Il a demandé à la police de libérer immédiatement huit de ses collègues. « On continue d’exhorter le chef de la police de Ternate à libérer immédiatement les huit activistes qui sont toujours détenus. On demande leur libération inconditionnelle », a-t-il demandé. (*)

Exit mobile version