JDP : Jokowi ne s’est pas engagé à résoudre le conflit en Papouasie

Jokowi
Porte-parole du Réseau pour la paix en Papouasie, Cristian Yan Warinussy. - Documentation personnelle

Jayapura, Jubi – Le porte-parole du Réseau pour la paix en Papouasie (Jaringan Damai Papua/JDP) Cristian Yan Warinussy a dit que le JDP considère que le président Joko Widodo (Jokowi) ne s’est pas engagé à résoudre le conflit en Papouasie. Jokowi s’est rendu à plusieurs reprises en Papouasie sans jamais montrer de mesures concrètes pour résoudre le conflit en Papouasie.

Warinussy a indiqué que la visite du président Jokowi en Papouasie devrait être effectuée pour apporter du calme au peuple papou qui a toujours soif de paix. En outre, le conflit en Papouasie dure depuis plus de 50 ans.

Cependant, la visite de Jokowi à la régence de Jayapura mardi (30/8/2022) a été très courte et uniquement cérémoniale. « Le JDP a répondu froidement et s’est inquiété si le président, en tant que chef d’État, venait visiter la Papouasie, qui continue d’être instable, comme s’il ne s’agissait que de soulager la fatigue. En fait, le conflit armé en Papouasie est toujours en cours. Il vient juste d’y avoir un meurtre prémédité suivi de la mutilation de quatre civils papous, impliquant également six membres des Forces armées indonésienne (Tentara Nasional Indonesia/TNI) », a répondu Warinussy par message WhatsApp à Jubi le mercredi 31 septembre 2022.

Warinussy a déclaré que Jokowi devrait donner la priorité aux rencontres avec les différents groupes et parties prenantes liés au conflit et à la violence en Papouasie. Cependant, JDP estime que Jokowi a tendance à ignorer la résolution des allégations de violations flagrantes des droits de l’homme en Papouasie, y compris la mise en œuvre du mandat de la Loi n° 21 de 2001 concernant l’autonomie spéciale de la Papouasie (l’ancienne Loi d’autonomie spéciale de la Papouasie).

L’ancienne loi sur l’autonomie spéciale de la Papouasie donnait un mandat clair au gouvernement pour établir une Cour des droits de l’homme et une Commission de vérité et de réconciliation (Komisi Kebenaran dan Rekonsiliasi/KKR) comme étapes pour résoudre le conflit en Papouasie. La loi sur l’autonomie spéciale de la Papouasie réglemente également clairement les fonctions de KKR. « Principalement par des mesures concrètes et fondées sur la loi, comme le stipulent les dispositions des articles 45 et 46 de la loi sur l’autonomie spéciale de la Papouasie », a précisé Warinussy.

Le JDP appelle le président Jokowi à faire immédiatement le premier pas vers la résolution du conflit en Papouasie en annonçant le début d’une pause humanitaire en Papouasie. La pause humanitaire est considérée comme importante pour entamer un dialogue en vue de construire la paix en Papouasie.

Il est également demandé à Jokowi de nommer immédiatement un personnage clé chargé de préparer les premières étapes du dialogue avec tous les groupes intéressés par le conflit sociopolitique en Papouasie, tant dans le pays qu’à l’étranger. « Cette personne est également chargée de communiquer directement avec le président pour préparer le dialogue Jakarta-Papouasie à partir de maintenant », a conclu Warinussy. (*)

Exit mobile version